Depuis 1986, le monde maritime connaît des mutations entraînant ainsi la libéralisation des services de transports.

C’est face à cette situation qu’est intervenue de deux tables rondes dénommées Cotonou I et Cotonou II sur les services maritimes dans les pays de l’Afrique Occidentale e du Centre organisée conjointement par la Conférence Ministérielle des Etats de l’Afrique de l’Ouest et du Centre sur les Transports maritimes (CMEAOC/TM) et la Banque Mondiale et fiancée par l’Union Européenne, la France, le Canada et la Belgique ;
Les conclusions de ces tables rondes ont recommandé à l’endroit des Conseils des Chargeurs l’opportunité de leurs réformes allant dans le sens :

  • D’une meilleure adaptation de leurs mission
  • D’une diversification de leurs activités sur une base progressive (05 ans pour compter de fin 1997) et en tenant compte des spécificités particulières de chaque pays.
  • D’une représentation majoritaire des chargeurs au sein des organes de décisions.
  • D’une forme d’organisation comprenant une Assemblée Générale, un Conseil d’Administration et une Direction générale ; la tutelle des conseils des chargeurs étant assurée par le Ministre de la Marine Marchande et /ou des transports.
  • L’abandon de la répartition des cargaisons.

1. L’abandon de la répartition de cargaison

Comme il a été évoqué plus haut, au sortir de Cotonou II en juin 1997, le Conseil National des Chargeurs du Togo (par rapport aux performances de plus en plus catastrophiques de larmement national et des plaintes des chargeurs) a pris la décision de mettre fin à la répartition des cargaisons en juin 1998.

2. Nouvelles formes d’organisation

Le CNCT fait prendre le décret 2001-006/PR du 09 mars 2001 où il es prévu une Assemblé Générale et un Conseil d’Administration où les chargeurs privés doivent être majoritairement représentés.

3. Adaptation et diversification des activités du CNCT

Pour mieux répondre aux attentes des chargeurs en matière de suivi de la cargaison et des taux de fret, il a été concédé au CNCT par arrêté N°0107/MMETPT/SECTHR du 06 février 1998 l’Observatoire National des Transports de marchandises (ONT). Ce dernier a pour rôle la collecte et le traitement des informations relatives au volume des flux commerciaux du Togo sur la chaîne des transports ainsi que des coûts et la qualité des services Pour faciliter le travail de l’Observatoire, il a été institué par arrêté n° 0070/MTRH/2000 du 05 septembre 2000, un Bordereau de Suivi de Cargaison (BSC) opérationnel depuis février 2001. Le Centre de formation a été renforcé et équipé. Ce centre diffuse périodiquement des séminaires atelier de formation. En collaboration avec le Port Autonome de Lomé (PAL), la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) et la CNUCED ; le CNCT forme chaque année les opérateurs économiques dans le domaine du Certificat Portuaire.

Le CNCT a initié un projet d’assistance dans le col d’Alédjo et de Défalé pour assister les véhicules en difficultés ainsi que la construction d’un hangar à Sanvee Condji pour des marchandises pour le compte des services des douanes.